vendredi 26 février 2016

Quand le conseil régional des Pays-de-la-Loire s’engage aux côtés des agriculteurs .... par Yannick FAVENNEC, vice-président du conseil régional.

"Loin d’être terminée, la crise agricole s’est malheureusement aggravée. Nul ne peut rester indifferent, insensible, face au désespoir du monde agricole.

La colère gronde dans nos campagnes. A la crise économique, à la fracture sociale et territoriale, s’ajoute maintenant la désespérance morale.

Tous les deux jours, un suicide touche cette profession. Il y a donc urgence car la situation est d’une extrême gravité.

Il y a urgence à agir pour redonner de la visibilité, de l’espoir, ainsi qu’un véritable avenir à nos agriculteurs.

Il est temps, par exemple, de faire enfin entendre la voix des paysans de France à Bruxelles, car cette crise agricole doit d’abord être appréhendée dans un contexte global et, en particulier européen. La clause de revoyure de la politique agricole commune constitue un vrai sujet.

La mobilisation des deux piliers de la politique agricole commune que sont la compétitivité agricole et le développement de l'agriculture en sont deux autres. Quelle agriculture souhaitons-nous pour la France ?

Il nous faut, dès maintenant, anticiper et préparer la nouvelle politique agricole commune pour que notre modèle agricole francais reste le fer de lance et le fleuron de la  production agricole en Europe. 

Contester les règles de l’Union européenne ne suffit pas ! Dans un marché européen marqué par une concurrence exacerbée encadrée par des règles du jeu collectives, il faut se battre ! Se battre pour convaincre nos partenaires européens sur des sujets qui engagent les intérêts vitaux de notre pays - l’agriculture en est l’un des points incontournables - se battre pour que nos agriculteurs ne soient pas soumis à un rapport de force dans cesse déséquilibré ; se battre pour que notre agriculture retrouve sa première place parmi les pays agricoles européens.

Mais, actuellement l’Union européenne ne peut pas se mettre en ordre de bataille. Son commissaire européen à l’agriculture et au développement rural, monsieur Phil HOGAN, qui est aujourd'hui à Paris, ne semble pas envisager l’agriculture comme un enjeu vital pour la satisfaction de nos besoins alimentaires et la préservation de nos territoires.

Au plan national, je regrette que le gouvernement ait manqué le rendez-vous de la compétitivité ; rendez-vous que nous lui avions donné il y a quinze jours au moment de la discussion, à l’Assemblée nationale, de la proposition de loi en faveur de la compétitivité de l’agriculture, issue des rangs des Républicains. 

Et c’est parce que ce texte provenait des députés Républicains, soutenu par l’UDI, alors qu’il avait pourtant été voté au Sénat avec les voix des sénateurs socialistes, que la majorité socialo- écologiste de l’Assemblée nationale a voté une motion de procédure parlementaire rejetant d’emblée cette proposition, sans même qu’il y ait débat dans l'hémicycle.

Pourtant, la compétitivité est un enjeu crucial pour notre agriculture et nos agriculteurs méritent mieux que des postures politiciennes. Ils attendent de nous d’agir en responsabilité, au-delà des clivages partisans et des oppositions de principe.

Avec cette proposition de loi, nous avions l’opportunité d’avancer sur trois enjeux majeurs que sont la transparence, l’investissement et la compétitivité.

Ce texte permettait également d’assouplir et d’harmoniser la réglementation sur les installations classées et d’alléger les charges sociales et fiscales qui sont appliquées aux agriculteurs.

Nous avions là la possibilité de répondre à plusieurs problèmes qui affectent les filières de l'élevage et l’industrie agroalimentaire, en particulier sur la compétitivité (parce que nous sommes dans un marché mondial), sur l'environnement fiscal défaillant et beaucoup trop compliqué, sur le manque de transparence et sur l'inégale réparation de la valeur ajoutée tout au long de la chaîne de production.

La région des Pays-de-la-Loire soutient les agriculteurs

Aux côtés de Bruno RETAILLEAU et Yannick FAVENNEC, le conseil régional des Pays-de-la-Loire se mobilise pour les agriculteurs.

L’engagement de la région des Pays-de-la-Loire en faveur de son agriculture et de ses agriculteurs est une nécessité et une priorité absolue.

C’est pourquoi, je ne peux que me réjouir et me féliciter que ce qui fut l’un des engagements fondamentaux de notre campagne électorale régionale de l’automne dernier, se concrétise aujourd'hui.

Même si la région ne détient pas toutes les clefs pour surmonter les difficultés structurelles auxquelles fait face la profession agricole, notre première responsabilité est d’être solidaire avec les agriculteurs en utilisant tous les leviers à notre disposition pour surmonter la crise et préserver le potentiel agricole de nos cinq départements.

Les priorités définies et les mesures qui vont les accompagner concrètement représentent un effort significatif de la part de notre collectivité.

Elles ne peuvent pallier les insuffisances européennes, ni les atermoiements du gouvernement mais elles représentent une vraie bouffée d’oxygène pour les agriculteurs ligériens.

Je pense en particulier à tout ce qui concerne l'accompagnement des agriculteurs en difficulté, notamment à travers la participation de la région au mécanisme de l’année blanche bancaire promise par l’État, le déblocage rapide de l’instruction et du paiement des aides 2015 grâce au renforcement temporaire par la région des équipes mises en place par l'Etat ou encore l’accompagnement de la région pour renforcer le réseau de soutien aux agriculteurs en détresse.

Je salue aussi la volonté de notre assemblée de lutter contre l’hystérie normative qui sont autant de sources de découragement et de démotivation en particulier de nos éleveurs en engageant un moratoire et une revue  générale des normes régionales. J’aurais aimé le même objectif de la part du gouvernement qui a une fâcheuse tendance à surtransposer les directives  européennes en la matière.

Enfin, je suis heureux que le conseil régional inscrive ce plan de soutien à l’agriculture dans une volonté de développement de l’approvisionnement local dans la restauration collective à l’image des initiatives prises dans ce domaine par des départements tels que celui de la Mayenne, en lien avec la chambre d’agriculture.


Parce que l'agriculture est un pilier stratégique de notre économie régionale, la région des Pays-de-la-Loire avec ce plan d’actions prioritaires, affiche une ambition pour l’agriculture et se donne les moyens d’accompagner les agriculteurs ligériens dans un moment de grande crispation et d’interrogation quant à leur avenir. "

Yannick FAVENNEC.

jeudi 18 février 2016

Aéroport Notre-Dame-des-Landes : Yannick FAVENNEC interpelle le ministre des Transports sur le projet de référendum local

Le député UDI de la Mayenne a posé une question orale au ministre des Transports au sujet du référendum local annoncé par le président de la République sur le projet de Notre-Dame-des-Landes.

Après avoir rappelé les propos du premier ministre qui s’est récemment déclaré favorable à cet aéroport pour des raisons économiques et environnementales, Yannick FAVENNEC  a fait part de sa surprise quant à l’annonce du chef de l’Etat de conditionner l’aboutissement de ce projet à un référendum local.

Pour le député mayennais, cette annonce est « un nouveau frein dans l’avancée de ce dossier majeur pour notre territoire, et brouille une nouvelle fois l’autorité de l’Etat et sa politique économique dans notre région ».

Il a souligné la difficulté juridique que soulève ce référendum local dans la mesure où « il ne peut être réalisé que sur des sujets relevant de la compétence des collectivités locales. Or, Notre Dame des Landes relève de la compétence de l’État, puisque c’est lui qui a, notamment, signé le décret d’utilité publique ».

Yannick FAVENNEC a également souligné que « si ce référendum devait avoir lieu, il ne fallait pas le cantonner aux seuls habitants de la Loire-Atlantique et élargir le périmètre de cette consultation aux départements limitrophes tels que la Mayenne  ou, mieux encore,  aux deux régions Pays-de-la-Loire et Bretagne. Elles sont, en effet, toutes les deux impactées par ce projet et participent au syndicat mixte aéroportuaire du grand-ouest chargé de la réalisation du futur aéroport ».

Enfin le parlementaire a dénoncé l’absurdité d’une telle consultation puisque vraisemblablement « ce référendum sera boycotté, tant par ceux qui soutiennent ce projet que par ceux qui y sont opposés et n’évitera probablement pas les éventuelles nouvelles contestations en justice ».

C’est la raison pour laquelle il a demandé au ministre des Transports « de cesser de tourner en rond et de prendre ses responsabilités afin de faire évacuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et enfin commencer le chantier de cet aéroport du grand-ouest essentiel pour le désenclavement et l’attractivité de nos territoires ».

mercredi 17 février 2016

Agriculture : Yannick FAVENNEC interpelle le commissaire européen en charge de l'Environnement.

Karmenu VELLA commissaire européen.
Lors de l'audition du commissaire européen en charge de l’Environnement, Karmenu VELLA, par la commission du Développement durable de l’Assemblée nationale, Yannick FAVENNEC a plaidé  en faveur « d’une harmonisation européenne des politiques de protection de la biodiversité, de la réglementation environnementale et des contraintes qui pèsent notamment sur notre agriculture ». 

Le député mayennais a notamment insisté sur « les charges financières qui étouffent de très nombreux agriculteurs, mais aussi sur la complexité et la lourdeur des normes environnementales diverses et variées qui leur sont imposées par une réglementation européenne extrêmement tatillonne et pas nécessairement efficiente ».

Pour Yannick FAVENNEC, « il est essentiel que la législation environnementale à laquelle les agriculteurs sont soumis soit mieux harmonisée au niveau européen et qu’elle s’intègre de manière plus équilibrée dans les enjeux agricoles nationaux »


Le parlementaire a également souligné la nécessité « de mettre un terme à des dispositions stigmatisantes qui sont aussi une source d’alourdissement supplémentaire des charges financières et de la paperasse administrative auxquelles les agriculteurs doivent déjà faire face ».

mardi 16 février 2016

Transfert du centre de tri de Montaudin : Yannick FAVENNEC s'y oppose aux côtés des élus du bocage mayennais

Yannick FAVENNEC est mobilisé aux côtés des élus de Montaudin et du bocage mayennais pour s'opposer à la fermeture de La Poste.
Le député de la Mayenne a passé une grande partie de la journée du lundi 15 février à Montaudin auprès du maire, Bernard ORY, de son conseil municipal et des élus du territoire, dont les conseillers départementaux Jean-Marc ALLAIN et Françoise DUCHEMIN, le président de la communauté de communes du bocage mayennais, Bruno LESTAS, et des maires des communes concernées, pour rencontrer les dirigeants de La Poste qui prévoient de déménager, en octobre prochain, son centre de tri et ses huit facteurs, vers de nouveaux locaux situés dans la communauté de communes du pays de l'Ernée, à Ernée.

Pour les élus présents et pour Yannick FAVENNEC, « cette décision prise sans aucune concertation avec les acteurs de terrain est inadmissible et incompréhensible. Cela relève d’une volonté délibérée de La Poste de déménager le territoire, sans même avoir étudié de solutions alternatives, notamment avec le président de la communauté de communes du bocage mayennais.
                                                                                                        
Cela relève d’une gestion de management technocratique, mais en aucun cas d’une logique de gestion humaine et territoriale », ont indiqué les élus. Ces derniers ont demandé aux représentants départementaux de La Poste de «sursoir durant un mois à ce transfert, le temps pour la communauté de communes de faire une contre-proposition au groupe La Poste».

Pour le député mayennais, « une telle désinvolture de La Poste porte un nouveau coup à la ruralité alors que cette entreprise a une mission de service public et d’aménageur du territoire. En agissant ainsi, c’est tout l’équilibre d’un territoire qui est en jeu et l’avenir d’une commune qui est mis en péril. Les commerçants et les artisans de Montaudin sont très inquiets des conséquences du départ des facteurs sur l'économie locale. 

Nous pouvons comprendre les  contraintes budgétaires de cette grande entreprise à laquelle nous sommes tous très attachés, ainsi que la nécessité de restructuration de ses métiers et de son organisation. Mais nous n’acceptons pas ses méthodes et cette absence de dialogue en amont avec les élus des territoires concernés.

C’est d’ailleurs la double peine pour Montaudin, puisque La Poste a également l’intention de diminuer les horaires d’ouverture du bureau de poste en les ramenant de 24 à 19 heures par semaine ! »

C’est la raison pour laquelle, il y a un front uni des élus pour s’opposer  fermement à ces décisions. Yannick FAVENNEC a, de plus, demandé un rendez-vous avec Philippe WAHL, le président-directeur général du groupe La Poste, pour lui exposer la situation.

lundi 15 février 2016

Théâtre amateur, assemblées générales, manifestations sportives, remise de médaille et réunions de travail à l’agenda de Yannick FAVENNEC

Il y a beaucoup de pièces de théâtre au programme de l'agenda du député UDI de la Mayenne en ce mois de février.

« J’ai à cœur d’aller applaudir et encourager toutes les troupes de théâtre amateur de la circonscription à chaque fois que j’en ai la possibilité, car elles contribuent à l’animation de notre territoire et à la diffusion culturelle en milieu rural. Je n’oublie pas non plus que ces troupes sont animées par des bénévoles qui ont beaucoup de talent », rappelle Yannick FAVENNEC.

C’est ainsi qu’il s’est rendu à Chantrigné pour assister à « Piège de people » interprétée par la troupe de L’Esperluette des allées, à Montaudin pour assister à « Oscar » jouée par la troupe des Saltimbanques et à Châtillon-sur-Colmont pour voir la troupe théâtrale châtillonnaise interpréter « Bonne année toi même ! ».

Le député a aussi tenu à être présent à la réunion constitutive du nouveau comité des fêtes de Saint-Aignan-de-Couptrain, en présence du maire Geneviève BLANCHARD, et a félicité les douze membres du bureau et son président Didier ROCHER.

Yannick FAVENNEC a assisté à la création du comité des fêtes de Saint-Aignan-de-Couptrain aux côtés du maire Geneviève BLANCHARD. Didier ROCHER a été élu président.

Il a souhaité soutenir cette initiative car « les comités des fêtes dans nos communes rurales sont, au même titre que nos troupes de théâtre amateur et de l'ensemble de nos associations locales, des facteurs de lien social et d’animation de nos territoires ».

Parallèlement, Yannick FAVENNEC a participé à l’assemblée générale de l’Aven (association des victimes des essais nucléaires) à Cossé-le-Vivien, et à celle du moto-cross d’Ernée, au cours de laquelle il a remis la médaille de l’Assemblée nationale à son président Philippe LECOMTE, et à travers lui à tous les bénévoles, pour les remercier de l’organisation du championnat des nations de 2015 qui a rassemblé 60000 spectateurs en deuxjours à Ernée.

Gala de Full contact à Mayenne.

Il a également assisté à la soirée de l’open de tennis de Mayenne, à celle du club de football de Lassay-les-Châteaux, au gala de full contact de Mayenne et a remis, au siège de l’Udaf à Laval, la médaille de la famille à monsieur et madame LEMARECHAL qui habitent Ernée.




Deux réunions de travail importantes ont ponctué l’agenda du député ces derniers jours : une avec le bureau de la FDSEA et des JA à la chambre d’agriculture, à Laval, afin de faire le point sur la crise agricole et les actions à entreprendre et, l’autre, avec le conseil d’administration de l’Ehpad de Port-Brillet sur l’avenir de cet établissement d’accueil des personnes âgées important pour tout le secteur du canton de Loiron. 

jeudi 11 février 2016

"Pourquoi j’ai voté la réforme constitutionnelle sur la protection de la Nation" par Yannick Favennec

"Même si je suis très sceptique sur l’inscription de la déchéance de nationalité dans notre Constitution car cela relève avant tout du symbole et en aucun cas d’une arme de dissuasion massive contre le terrorisme, j’ai pris la décision de voter la réforme constitutionnelle sur la protection de la Nation.

Au-delà de quelques exigences exprimées par le groupe UDI et qui ont été acceptées par le gouvernement (limitation dans le temps de l’état d’urgence, liberté d’expression pendant cette période «particulière», …), l’esprit général de ce texte me paraît plus important que les calculs politiciens, parce que l'intérêt général doit primer, face à la menace terroriste qui pèse sur notre patrie.

Dans de telles circonstances, les Français attendent de leurs élus qu'ils soient unis, comme ils le furent d'ailleurs dignement au lendemain des attentats; mais les Français attendent aussi du gouvernement qu'il prenne, au-delà des symboles, des mesures concrètes et efficaces pour leur sécurité quotidienne.

Comment pourrions-nous cautionner l’envoi de nos avions militaires pour détruire des camps d’entrainement d’islamistes radicaux où s’y trouvent malheureusement parfois des Francais et, en même temps, refuser de déchirer leur carte nationale d’identité ?

Je reconnais néanmoins que ce débat ne doit pas occulter tous les autres sujets importants de notre pays (en particulier celui de la dramatique situation économique et sociale dans laquelle il est plongé) mais, dans le contexte actuel, je n’ai pas voulu prendre la responsabilité de faire échouer cette révision constitutionnelle.

samedi 6 février 2016

Yannick FAVENNEC a participé à de nombreuses cérémonies de voeux tout au long du mois de janvier

Ce ne sont pas moins de 37 cérémonies de voeux auxquelles le député de la Mayenne aura participé tout au long du mois de janvier dans sa circonscription.

Yannick FAVENNEC a parcouru sa circonscription de long en large tout au long du mois de janvier afin de participer aux très nombreuses cérémonies de voeux de ce début d'année.

« Au total, ces manifestations de début d’année, auxquelles je suis très attaché, m'auront permis de rencontrer près de 6000 habitants et de leur adresser, quasiment à chaque fois, un certain nombre de messages liés à mes mandats de député et de vice-président du conseil régional, mais aussi relatifs à l’avenir de leur commune, de notre territoire et de notre pays », confie Yannick FAVENNEC.

Le député mayennais a achevé ce marathon dimanche 31 janvier, à Placé, après s’être rendu dans les communes du Housseau-Brétignoles et de Saint-Julien du-Terroux, avoir également assisté à la cérémonie des voeux de la fédération française du bâtiment et des travaux publics de la Mayenne à Laval, à celle de la retraite sportive mayennaise à Mayenne et à celle de l’association des Amis-du-Nord-Mayenne.



Au cours de ce dernier week-end de janvier, Yannick FAVENNEC a aussi  participé à l’assemblée générale du don du sang du secteur d’Andouillé, à celle de l’association « Les petits petons », à Larchamp et a remis les prix aux archers qui ont animé le championnat départemental de tir à l’arc qui se déroulait à Mayenne.


vendredi 5 février 2016

Proposition de loi en faveur de la compétitivité de l'agriculture : Yannick FAVENNEC regrette l'attitude du gouvernement.


La proposition de loi en faveur de la compétitivité de l’agriculture et de la filière agro-alimentaire déposée par Les Républicains a été repoussée par le gouvernement et sa majorité, ce qui provoque la colère de Yannick FAVENNEC, député UDI de la Mayenne qui soutenait ce texte, discuté jeudi 4 février à l’Assemblée nationale.

"La compétitivité est un enjeu crucial qui est au cœur de cette proposition de loi votée d’ailleurs par le Sénat avec les voix des socialistes.

Ce texte propose une nouvelle politique d’étiquetage au niveau européen, un vaste mouvement d’allègement des charges sociales afin de sécuriser les revenus précaires des agriculteurs, et une importante action de simplification administrative et réglementaire.


Il encourage aussi l'allègement des normes, favorise la gestion des risques et renforce les modalités de la contractualisation pour une meilleure répartition des efforts entre producteurs, transformateurs et distributeurs, précise le député.

Sans régler tous les dysfonctionnements liés à notre agriculture, ce texte constitue pourtant une avancée indéniable et je regrette amèrement que le gouvernement et les socialistes n’aient pas cru bon accepter un consensus autour d’une telle proposition sous prétexte qu'elle émane des groupes parlementaires de l'opposition. 

Nos agriculteurs méritent beaucoup mieux que des postures politiciennes", conclut Yannick FAVENNEC.

mercredi 3 février 2016

Continuité écologique : Yannick FAVENNEC demande un moratoire et de la concertation sur le classement des cours d’eau.

Le député UDI de la Mayenne et vice-président du conseil régional, Yannick FAVENNEC, est intervenu en commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire sur les cartographies des cours d’eau élaborées par les DDT.

« Si la restauration des continuités écologiques aquatiques est nécessaire au bon état écologique des eaux, le classement des cours d’eau a des conséquences sur leur entretien et le classement sur la liste 2 oblige notamment les propriétaires d’ouvrages à mettre en place des aménagements, comme c’est le cas en Mayenne », a indiqué le député. 

« Les premiers tracés établis laissent apparaître des dysfonctionnements importants, tant dans l’approche de la notion de continuité écologique que dans l’exécution des travaux de l'administration sur le terrain. Les forestiers constatent, en effet, que de simples fossés sont désormais classés en cours d’eau. Les erreurs décelées dans ces cartographies proviennent d’une définition de la notion de cours d’eau qui excède largement les exigences européennes ».


C’est pourquoi, Yannick FAVENNEC a demandé « un moratoire qui permettrait d’arrêter provisoirement ces cartographies, afin d’établir avec justesse les règles de classement et cela dans un esprit de plus grande concertation avec les acteurs de terrain que sont, notamment, les propriétaires forestiers ».  

mardi 2 février 2016

Yannick FAVENNEC défend, dans l’hémicycle, le centre hospitalier du Nord-Mayenne

Dans le cadre des questions orales sans débat du 2 février dernier, le député UDI de la Mayenne,  Yannick FAVENNEC, a interpelé la ministre de la Santé sur «la contribution du centre hospitalier du Nord-Mayenne aux objectifs de modernisation et d’efficience du plan triennal 2015/2017».
 
Pour le député, «dans un département touché par la désertification médicale, le CHNM est un outil indispensable pour répondre, en partie, aux problèmes de démographie médicale du Nord-Mayenne et même du Sud de l’Orne».
 
Saluant «la compétence et les qualités d’engagement et de dévouement du personnel administratif et médical de l'établissement», Yannick FAVENNEC a indiqué que «l’équipe de direction a mis en route les actions préconisées par l'agence régionale de santé des Pays-de-la-Loire visant à supprimer un certain nombre de lits, ce qui compte tenu de l’activité soutenue de cet hôpital, n’est pas sans inquiéter les personnels ».

Le député mayennais a souligné que «le projet de l'établissement étant en cours de réflexion et d’élaboration, il serait souhaitable de laisser l’hôpital faire une pause d’une année dans la mise en place de ce plan triennal ».

Il a également insisté sur le «caractère anxiogène voire contreproductif des annonces permanentes des services de l’État relatives à des suppressions de lits et à de perpétuelles économies, à l’égard de celles et ceux qui travaillent dans nos établissements hospitaliers ».
Yannick FAVENNEC a conclu en demandant à la ministre de «soutenir la volonté de saine gestion de l'équipe de direction et d'accompagner dans des conditions plus sereines le difficile travail quotidien de l'ensemble du personnel ».

Question orale sans débat
Yannick Favennec interpelle la ministre de la Santé, Marisol Touraine

Voir la vidéo

video