mardi 29 avril 2008

Quel avenir pour le plan maladies rares : Yannick Favennec interpelle la ministre de la Santé

Yannick Favennec a attiré, le 11 avril dernier, par le biais d’une question écrite, l'attention de la ministre de la Santé, madame Roselyne Bachelot, sur les inquiétudes de plus de 3 millions de personnes atteintes de maladies rares, quant à la poursuite des mesures menées dans le cadre du plan maladies rares après 2008.
« Ce plan conduit pour la période 2005-2008, a permis une meilleure connaissance de l'existence des maladies mais il doit s'arrêter au 31 décembre 2008. Les plus de 3 millions de personnes qui souffrent d'une ou plusieurs des 8 000 maladies orphelines répertoriées, sont inquiètes de la fin programmée de ce plan », lui a indiqué le député du Nord-Mayenne.
Aussi, Yannick Favennec a demandé à la ministre de lui indiquer quelles orientations elle entend donner afin d'approfondir la recherche sur les maladies rares et renforcer leur prise en charge.

LCP : Yannick Favennec défend le RSA et veut aller plus loin en matière d'emploi des seniors



Le député du Nord-Mayenne, aux côtés de son collègue du Nouveau Centre, Jean-Christophe Lagarde (voir photo), a débattu, mardi 29 avril, dans l’émission La séance continue sur la Chaîne parlementaire (LCP), avec Maxime Gremetz, député communiste de la Somme et Jean-Jacques Urvoas, député socialiste du Finistère.

Deux thèmes ont, notamment, été abordés : le RSA et l’emploi des seniors.

Yannick Favennec s’est étonné que le parti socialiste vilipende la volonté de Martin Hirsch de mieux utiliser la Prime pour l’emploi, alors que «lors du Congrès du Mans, le PS voulait la supprimer».
Pour les députés de la majorité, avec la Prime pour l’emploi, « on a arrosé, essaimé, dispersé pour faire plaisir mais sans véritable efficacité sociale ». Maxime Gremetz est également allé dans ce sens en soulignant que la Prime pour l’emploi telle qu’elle est distribuée, aujourd’hui, « n’est pas la solution ».
Si à gauche comme à droite, les élus s’accordent à dire que le RSA est une bonne chose, c’est « son financement qui agite » a reconnu Yannick Favennec.
Lors des Questions d’actualité, de l’après-midi, Martin Hirsch a précisé l’objectif du Gouvernement : Mieux utiliser la Prime pour l’emploi en la concentrant sur ceux qui en ont le plus besoin et en redistribuant le reste pour financer le RSA dont les expérimentations dans les départements de gauche comme de droite donnent de très bons résultats. 

Concernant l’emploi des seniors, Yannick Favennec a tenu à souligner que toutes les pistes n’ont pas encore été envisagées. « Certaines fonctionnent très bien en Grande-Bretagne et en Allemagne », et de proposer de les étudier, car la France est le mauvais élève de la communauté européenne en matière d’emploi des plus de cinquante ans, et il y a urgence à inverser la tendance. Pour le député mayennais, « la réforme des retraites ne pourra réussir sans un quasi plein-emploi des seniors. » 

Télévision numérique terrestre : Yannick Favennec ne veut pas de fracture numérique en Mayenne

Mardi 29 avril, par le biais d’une question orale sans débat, posée dans l’hémicycle, à la ministre de la Culture et de la Communication, Yannick Favennec a attiré l'attention de madame Christine Albanel sur les conséquences pour le département de la Mayenne de la disparition progressive et définitive de la télévision hertzienne, au 30 novembre 2011, au profit de la TNT.
En effet, « dès cette année, et progressivement, notre département risque d'avoir des habitants qui ne pourront plus avoir accès à la télévision (ceux qui dépendent des réémetteurs d’Ambrières, Ernée, Andouillé, Laval-Jean-Macé, Craon, Château-Gontier et Montsûrs) ».
A titre d’exemple, 5 000 foyers pourraient être concernés dans le secteur de Mayenne et des alentours, dont 2 000 dans la ville de Mayenne. 

Dans sa réponse, Christine Albanel a affirmé qu’il n’y aurait pas de fracture numérique en Mayenne et qu’au terme du déploiement de la TNT (novembre 2011), « au minimum 91 % de la population mayennaise seront couverts par les chaînes historiques ».
Elle a ajouté que pour « les zones résiduelles qui ne seront pas couvertes par la TNT, l’offre satellite mise en place en juin 2007, sur le fondement de la loi du 5 mars 2007, permet de recevoir l’ensemble des chaînes nationales, en clair de la TNT, et ce sans aucun abonnement ni aucun frais de location ».
Enfin, la ministre a assuré au député mayennais que pour « les personnes à faibles ressources ou celles les moins préparées à cette transition, notamment parmi les personnes âgées, la loi a prévu, sous conditions de ressources, un fonds d’aide qui contribuera à la continuité de la réception gratuite pour les foyers les plus démunis ».

lundi 28 avril 2008

Yannick Favennec sur une moto, à l’occasion de l’opération « Les Motards ont du cœur »

Pour la 2ème fois, et conformément à l’engagement qu’il avait pris lors de la dernière assemblée générale des Donneurs de sang bénévoles de la Mayenne à Montsûrs, le député du Nord-Mayenne a participé à l’opération     « Les Motards ont du cœur », organisée dimanche 27 avril.
Juché à l’arrière d’une moto pilotée par Bernard Thyraud, Yannick Favennec a pris plaisir à parcourir une partie de sa circonscription et, de communes en communes, à recevoir les promesses de sang et de dons d’organe de ses concitoyens.

A l’arrivée à Laval, aux côtés d’un millier de motards, de présidents d’associations locales de donneurs de sang, du président départemental Louis-Gérard Lechat et de Claude Morin, initiateur des « Motards ont du cœur », Yannick Favennec a rappelé publiquement (voir photos), son attachement à « cette formidable manifestation emblématique de l’engagement bénévole et de la générosité de toutes celles et de tous ceux qui, sur le terrain et au quotidien, contribuent à la santé publique ».

Il a félicité les organisateurs et remercié tous les Mayennais qui, tout au long de cette journée, ont rempli des promesses de don en leur demandant de « passer rapidement de la promesse à l’acte ».

Yannick Favennec participe aux manifestations de la Journée nationale de la Déportation












Après celle organisée à Mayenne, samedi 26 avril, en fin de journée, le député du Nord-Mayenne a participé, dimanche 27, au matin, à deux manifestations dans le cadre de la Journée nationale de la Déportation, l’une à Pontmain et l’autre à Ambrières-les-Vallées (voir photos), où une place des Résistants-Déportés a été inaugurée.

En présence du maire, Dominique Collet, du commandant Quentin, président de l’amicale des Pays-de-la-Loire de Dachau, des familles des Résistants déportés, d’anciens combattants et d’élus locaux, Yannick Favennec s’est dit : « très ému et heureux d’être, ainsi, présent à cet événement, afin de rendre un hommage solennel aux Résistants déportés qui ont donné leur vie pour notre liberté ».

Les Aînés ruraux de Parigné-sur-Braye visitent l’Assemblée nationale

Samedi matin, 26 avril, Yannick Favennec a accueilli, à l’Assemblée nationale une cinquantaine de membres de l’association des Aînés ruraux de Parigné-sur-Braye venus visiter le Palais Bourbon.
Comme il le fait, à chaque fois, qu’il a le bonheur de recevoir des Nord-Mayennais à l’Assemblée nationale, le député a pris plaisir, pendant plus de deux heures, à expliquer le fonctionnement du travail parlementaire, à faire découvrir à ses interlocuteurs la réalité de la vie dans l’hémicyle et à commenter l’actualité locale et nationale. 

dimanche 27 avril 2008

Déviation : Yannick Favennec confirme le financement des fouilles à Michel Angot

Suite à la séance du conseil municipal du 24 avril dernier, Yannick Favennec et Michel Angot ont eu, en tête à tête, un entretien informel vendredi soir.
A cette occasion, le député a confirmé au maire la programmation, dès cette année, du financement par l’Etat de sa part sur les 5 millions d’Euros des fouilles archéologiques, préalables au démarrage du chantier de la deuxième tranche de la déviation de Moulay-Mayenne.
Le député tenait cette information de son entretien avec le secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique Bussereau, la semaine dernière, à Paris.

D’une manière générale, le député et le maire ont convenu de rencontres régulières, afin de faire le point sur les dossiers mayennais structurants, méthode qui réjouit Yannick Favennec.
« Je suis heureux de cette nouvelle façon de travailler ! Ensemble nous serons plus forts pour faire avancer les dossiers, chacun dans sa légitimité, et à l’arrivée, ce sont les Mayennais qui seront gagnants », souligne le député.

jeudi 24 avril 2008

Conséquences de la prolifération des cormorans sur l'activité piscicole : Yannick Favennec souhaite, d'urgence, des mesures de régulation

Lors de la dernière assemblée générale de l’association départementale de la pêche de loisirs, Yannick Favennec a mesuré l’importance des préjudices causés par les cormorans à la pêche professionnelle et de loisirs. Aussi, il a décidé de porter ce dossier, sur lequel a longuement insisté le président Bobard, auprès du Gouvernement.

C’est ainsi qu’il a écrit au ministre de l’Écologie en lui indiquant qu’il « apparait indispensable que les pouvoirs publics s'interrogent sur l'utilité du classement de cette espèce et puissent envisager la possibilité, sous certaines conditions et dans certaines régions qui souffrent de la présence en trop grand nombre de ces prédateurs, de la considérer comme nuisible et d'engager une action déterminée et efficace de régulation au profit non seulement des pisciculteurs et pêcheurs, mais aussi et plus largement d'un écosystème que les cormorans menacent ».

Cet oiseau migrateur étant, de surcroît un vecteur potentiel de virus H5N1, le député du Nord-Mayenne a demandé à Jean-Louis Borloo de lui indiquer quelles mesures d'urgence il compte prendre, mais également celles susceptibles d'être adoptées à plus long terme, pour accompagner les professionnels et faire face aux dégâts causés par les cormorans sur l'activité piscicole.

mercredi 23 avril 2008

Associations : Yannick Favennec veut qu’elles aient accès aux livrets A et Bleu

Yannick Favennec a attiré, par le biais d’une question écrite, l'attention de madame le ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi sur les inquiétudes exprimées par un certain nombre de dirigeants d'associations concernant le projet de réforme de modernisation des livrets A et Bleu.

« Un accès au livret limité aux seules personnes physiques et aux sociétés HLM priverait les associations d'une offre d'épargne à vue combinant souplesse, disponibilité et rentabilité. Le livret Bleu est, grâce à la possibilité d'effectuer des dépôts jusqu'à 76 500 euros, particulièrement adapté à la trésorerie des personnes morales, des plus petites aux plus importantes. Priver les associations de ce produit d'épargne, a insisté le député du Nord-Mayenne, aurait pour conséquence une réduction de leurs ressources, alors qu'elles contribuent à la vitalité économique locale, notamment dans les zones rurales. »

C’est pourquoi, Yannick Favennec a demandé à Christine Lagarde de bien vouloir lui faire connaître ses intentions en la matière.

lundi 21 avril 2008

Fêtes communales à Saint-Georges-Buttavent et à Martigné-sur-Mayenne




Yannick Favennec s’est, notamment, rendu, ce week-end, aux fêtes communales de Saint-Georges-Buttavent et Martigné-sur-Mayenne, ainsi qu’à l’exposition annuelle des résidents de la communauté religieuse de Saint-Georges-de-l’Isle, à Saint-Fraimbault-de-Prières.

Samedi soir, à Saint-Georges-Buttavent, dans une salle bondée (550 personnes), le député du Nord-Mayenne a assisté, en compagnie du maire, Gérard Brodin, à un dîner-spectacle de qualité, organisé et joué par des bénévoles de la commune, sous la baguette du président du comité d’animation.

Jeunes, moins jeunes, tous s’y sont mis pour faire de cette soirée une réussite autour du thème : « On passe à la télé ». Ce dîner-spectacle a donné le coup d’envoi de la fête communale qui s’est poursuivie le lendemain, dimanche, par de la course à pied et un concours de palet, le matin, et une course cycliste l’après-midi (voir photo 1).

Dimanche, en début d’après-midi, Yannick Favennec est venu partager un moment avec les habitants de Martigné pour qui c’était aussi jour de fête communale (voir photo 2).
Puis, il s’est rendu à Saint-Fraimbault-de-Prières, où il a pu admirer l’excellent travail des résidents de la communauté religieuse, au travers de leur exposition-vente (photo 3) et goûter aux joies d’un moment passé en leur compagnie autour d’un chocolat et de crêpes.

Emploi des seniors : Pour Yannick Favennec, "l’emploi des seniors est une urgence extrême !"

Vendredi 18 avril, Yannick Favennec a attiré l’attention de madame le ministre de l’Industrie, de l’Économie et de l’Emploi, par le biais d’une question écrite, sur l’emploi des seniors.

« Les récentes prévisions sur le vieillissement de la population mondiale nous disent qu’en 2100, en France, les plus de 60 ans représenteront 50 % de la population. La négociation sur les retraites, aujourd’hui engagée, tend vers un allongement de la durée de cotisation. Pour autant, lui a indiqué le député du Nord-Mayenne, il ne sert à rien de repousser l’âge de la retraite si l’on continue d’avoir une proportion élevée de plus de 50 ans hors du marché du travail. » 

Pour Yannick Favennec, « l’emploi des seniors n’est pas seulement une priorité, au vu des prévisions pour la fin de siècle, c’est une urgence extrême ! »

C’est pourquoi, il a demandé à Christine Largarde de lui indiquer quelle politique en faveur de l’emploi des seniors elle envisage de mettre en place.

vendredi 18 avril 2008

Réformes : la grogne monte chez les parlementaires, Yannick Favennec s'en fait l'écho

Dans l'édition de Ouest-France, de ce jour, vendredi 18 avril, le député du Nord-Mayenne fait part au journaliste et directeur départemental de la rédaction mayennaise, Arnaud Bélier, de son inquiétude et de son agacement face à certaines réformes menées par le Gouvernement et à la méthode utilisée.
Retrouvez, également, l'interview de Yannick Favennec sur le site maville.com  http://www.laval.maville.com/Yannick-Favennec-tance-le-gouvernement-/re/actudet/actu_dep-617530------_actu.html 
Des parlementaires "pas assez associés", mis devant le fait accompli", "pas de visibilité et de lisibilité dans les réformes...", la grogne monte dans les rangs de l'UMP, Yannick Favennec s'en fait l'écho en Mayenne, mais bon nombre de ses collègues le font au niveau national (lire le Figaro de ce jour).

mardi 15 avril 2008

Déviation de Mayenne : Le financement des fouilles confirmé, par le ministre, au député du Nord-Mayenne

Yannick Favennec, très impliqué dans le dossier majeur et structurant de la déviation de Mayenne, s’est rendu, ce mardi 15 avril, pour la quatrième fois consécutive, au ministère des Transports, afin d’y plaider, à nouveau, le projet de la deuxième tranche de cette déviation (entre Moulay et Mayenne).

Au cours de cet entretien, Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux transports, et son conseiller technique, chargé des routes, Marc Papinutti, ont confirmé au député mayennais la programmation par l’Etat, sur l’année 2008, de sa participation financière aux fouilles archéologiques, préalables au démarrage du chantier de la deuxième tranche de la déviation de Mayenne.

Le ministre a, également, indiqué au député du Nord-Mayenne que les arbitrages concernant les plans de développement et de modernisation des itinéraires (PDMI 2008-2013) seraient rendus avant l’été. À cette occasion, Yannick Favennec a insisté, à nouveau, pour que la deuxième tranche de la déviation y figure parmi les chantiers routiers prioritaires de l’Etat, pour le département de la Mayenne.

Enfin, pour montrer tout l’intérêt qu’il porte à ce dossier, Dominique Bussereau a répondu favorablement à l’invitation du député de venir inaugurer la première tranche de la déviation de Mayenne, avant la fin de l’été.

« Je sais l’importance de la réalisation de cette déviation, tant pour les habitants de la ville de Mayenne que pour l’ensemble du territoire Nord-Mayennais, car il y va, à la fois, de l’attractivité, du développement économique, et du désenclavement de tout ce secteur du département. C’est pourquoi je me déplacerai volontiers personnellement pour inaugurer la première tranche de la déviation », a notamment indiqué le ministre au député.

Déremboursement des soins d’optique : Yannick Favennec demande au Président de la République de tenir ses engagements de campagne

Yannick Favennec vient d'écrire au Président de la Répblique et a attiré l'attention de madame la ministre de la Santé, par le biais d'une question écrite, sur l'éventualité d'un déremboursement des dépenses d'optique, dont les médias se font l’écho, pour contribuer à combler le déficit de l'assurance maladie.

« Une telle mesure entraînerait une démédicalisation du secteur, dommageable pour l'avenir de la santé visuelle de nos concitoyens, des plus jeunes aux plus âgés, lui a indiqué le député du Nord-Mayenne. En cas de déremboursement, les soins dépendraient du pouvoir d'achat et du niveau de vie de chacun. Transférer la prise en charge des dépenses d'optique vers les complémentaires entraînerait une augmentation du coût de ces dernières. Le système serait donc moins solidaire et la qualité des soins moins garantie. Cela induirait, également, de l'automédication, donc des problèmes de dépistage et une augmentation des pathologies oculaires. »

C'est pourquoi Yannick Favennec a demandé au Président de la République de respecter ses engagements en faveur d'un meilleur remboursement des soins d'optique, pris pendant la campagne présidentielle. Il a également indiqué à la ministre qu'il n'était pas souhaitable d'envisager une telle mesure qui serait en totale contradiction avec la promesse formulée par le candidat Nicolas Sarkozy.

Yannick Favennec demande un aménagement rapide du Bonus/Malus pour les familles nombreuses

Le 9 avril dernier, Yannick Favennec a attiré l'attention du ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire sur son souhait, exprimé en décembre 2007, d'aménager le Bonus/Malus pour les familles nombreuses.
En effet, acheteuses de grands véhicules, nécessairement plus polluants, ces familles sont pénalisées par cette réforme écologique nécessaire.

Le ministre proposait une amélioration pour les familles nombreuses, de l'ordre de 5 grammes (de CO2/km) par enfant au-delà de deux enfants. Ces 5 grammes supplémentaires par enfant permettraient de moduler le dispositif qui prévoit un bonus pour les véhicules neufs émettant moins de 130 g pouvant aller jusqu'à 1 000 euros, mais inflige un malus à ceux émettant plus de 160 g CO2/km.

C'est pourquoi, afin de ne pas peser plus longtemps sur le pouvoir d'achat de ces familles, le député du Nord-Mayenne a demandé au ministre s’il envisageait de proposer rapidement un aménagement du bonus/malus dans ce sens.

lundi 14 avril 2008

Permanence cantonale de Yannick Favennec, à Changé

Le député du Nord-Mayenne tiendra une permanence cantonale, vendredi 18 avril de 10 h à 11 h 30, à la mairie de Changé. Cette permanence est ouverte à tous (sans rendez-vous)

Décès de Pierre Bobard : Une triste nouvelle pour la Mayenne

"Le décès brutal de Pierre Bobard est une très triste nouvelle pour le monde des bénévoles, pour la vie associative de la Mayenne et pour tous les élus dont je fais partie.
C’était un homme très engagé et particulièrement dévoué, une personnalité au grand coeur qui avait beaucoup de cordes à son arc.
Il va cruellement manquer à l’univers de la pêche et à celui de la protection du milieu aquatique, dont il était l’avocat quotidien et le porte-parole infatigable, comme il nous l’a prouvé lors de la dernière assemblée générale départementale, à laquelle j’ai eu l’honneur et le plaisir de participer, il y a quelques jours.
Grâce à son action, ses convictions et sa détermination les pêcheurs ont été reconnus comme de vrais protecteurs de notre environnement et les gardiens incontournables de la biodiversité.
Mes pensées vont vers sa famille, vers ses proches et vers tous ceux qui, à ses côtés, ont contribué à faire avancer la problématique de la pêche de loisir."
Yannick Favennec.

Week-end culturel et sportif pour le député du Nord-Mayenne



Après avoir assisté, vendredi soir, à la dernière représentation de la troupe de théâtre amateur de Lassay-les-Châteaux, Yannick Favennec a enchaîné, samedi, avec un gala de boxe organisé par le Boxing club ernéen, à Ernée, en compagnie du champion Jean-Claude Boutier, des élus d’Ernée et des responsables du club de boxe (voir photo).
Enfin, dimanche, il a suivi, toute la journée, l’épreuve cycliste reine, du Nord-Mayenne, Le Tour du Bocage mayennais. Après avoir partagé le déjeuner de la caravane et des coureurs, à Désertines, il a pris place dans un véhicule de la course, aux côtés de la maire de Saint-Mars-sur-Colmont, où avait lieu l’arrivée et la remise des trophées (voir photo).
Très disputé et par un temps plus que mitigé, le Tour du Bocage mayennais a enthousiasmé les spectateurs, tout au long du circuit et votre député. « Que ce soit la boxe ou le cyclisme, je suis heureux d’avoir encouragé, tout au long du week-end, non seulement celles et ceux qui bénévolement organisent ce type de manifestations dans le Nord-Mayenne, mais également des sportifs et des disciplines sportives, qui véhiculent de vraies valeurs tels que le courage, la volonté et le respect de l’adversaire. »

vendredi 11 avril 2008

Yannick Favennec interviendra, samedi, dans l'émission de Franz-Olivier Giesbert

video

Le député du Nord-Mayenne a été interviewé, mardi matin par une équipe de l'émission "Chez FOG". Il a donné son avis sur les deux invités : Alain Juppé et Jean-François Kahn.

Retrouvez les, samedi, à 17h55 sur la Cinq.

jeudi 10 avril 2008

Carte Familles nombreuses : Yannick Favennec s'oppose à un désengagement total de l'Etat

Le député du Nord-Mayenne a interpellé, par le biais d’une question écrite, hier, mercredi 9 avril, Nadine Morano, ministre de la Famille sur la décision de l'Etat de ne plus prendre en charge les « tarifs sociaux » de la SNCF comme la carte Familles nombreuses.

« Face à la suppression de ce financement, la SNCF, qui assure que les avantages réservés aux familles ne disparaîtront pas pour autant, a décidé de mettre en place de nouveaux tarifs sous la forme de cartes commerciales. Mais, remplacer un « tarif social » par un « tarif commercial » risque d'avoir des conséquences, car pour la carte Familles nombreuses, les familles ne payaient que les coûts de fabrication (18 €), alors que la carte commerciale sera payante, et les réductions étaient valables sur tous les trajets, alors que la carte commerciale sera contingentée : les tarifs réduits seront donc inaccessibles en cas d'affluence.

La suppression des « tarifs sociaux » va à l'encontre du Grenelle de l'environnement qui veut favoriser le transport collectif. C'est également un coup dur porté au pouvoir d'achat des familles. En effet, les transports constituent le troisième poste budgétaire des familles françaises, derrière l’alimentation et le logement. L’État ne peut se désengager totalement de cette mesure qu’il a lui-même initiée, il y a quatre-vingt-sept ans, et qui est devenue une institution. Elle répond à une logique de service public en faveur de l’usager et de soutien du pouvoir d’achat des familles.

S'il est louable et important que l'Etat fasse des économies, il ne faudrait pas que celles-ci aient des répercussions sur le pouvoir d'achat des Français les plus modestes, sous peine de laisser à quai les moins lotis. Il faut donner l’argent social à ceux qui en ont le plus besoin ; donner à ceux qui en ont le moins. »

C’est pourquoi, Yannick Favennec a demandé à la ministre de reconsidérer sa position, car pour lui "la carte Familles nombreuses doit rester une mesure de politique familiale". Si tel n’était pas le cas, il déposerait un amendement, lors du débat d’orientation budgétaire, visant à rétablir la participation de l’État dans le financement des tarifs sociaux (carte Familles nombreuses, billets de congés annuels et abonnements pour les étudiants ou apprentis).

Parallèlement, Yannick Favennec va déposer, dans les jours prochains, une proposition de loi visant à conditionner l’attribution de la carte Familles nombreuses aux ressources, c’est-à-dire en s’appuyant sur le critère du quotient familial. « Ainsi, l’État fera des économies, tout en soutenant le pouvoir d’achat les familles les plus modestes. »

Projet de loi sur les OGM : Yannick Favennec décide de s'abstenir

Lors du vote solennel du projet de loi sur les OGM, hier, mercredi 9 avril, le député du Nord-Mayenne s'est abstenu. Il fait partie de la centaine de député qui s'est abstenue ou n'a pas pris part au vote.

"Par rapport à la première version, le Sénat a apporté des modifications qui écornent sérieusement l'esprit du Grenelle de l'environnement et pourraient aboutir à une mise en culture rapide et massive des OGM en France, explique Yannick Favennec. Je pense que ce texte place les intérêts économiques avant la santé et l'environnement.

La synthèse du Grenelle, la volonté du Président de la République, l'objectif du projet de loi adopté en conseil des ministres étaient de conditionner la recherche, le développement et la culture d'OGM à quatre principes fondamentaux :

1- Le principes de précaution et de prévention avec une expertise objective, pluraliste et pluridisciplinaire,
2- Le principe du libre choix de produire et de consommer avec ou sans OGM,
3- Le principe de responsabilité de l'exploitant,
4- Le principe de transparence, consacrant un droit à l'information du citoyen.

La question qui nous est posée, n'est pas de savoir si nous sommes pour ou contre les OGM, mais de savoir si nous voulons, à leur sujet comme sur tous les autres, garantir le respect des principes de prévention et de précaution comme l'exigent nos concitoyens après tant de catastrophes sanitaires et environnementales.

Le projet de loi, amendé par le Sénat et présenté à l'Assemblée nationale, ne les garantit plus. C'est la raison pour laquelle je me suis abstenu, avec l'espoir d'une amélioration en deuxième lecture."

lundi 7 avril 2008

Pourquoi je quitte le conseil municipal de Mayenne

En raison de la loi sur le cumul des mandats, j'ai jusqu'au 9 avril pour choisir entre mon mandat de conseiller régional et celui de conseiller municipal.
Aujourd'hui, lundi 7 avril, j'ai appelé le maire de Mayenne pour lui faire part de ma décision de ne plus siéger au sein de l'opposition.
En prenant cette décision, j'ai fait le choix de la raison, des responsabilités et de l'efficacité au service de Mayenne et de l'ensemble du Nord-Mayenne.
Entre deux mandats d'élus d'opposition, j'ai choisi celui où j'aurai le plus de prise sur les événements et une capacité plus importante à relayer les attentes des Mayennais et des Nord-Mayennais, surtout lorsque l'on connaît la politique mise en place par la majorité de gauche à la région, plus favorable aux grandes agglomérations qu'aux territoires ruraux comme le nôtre.
Au conseil régional, je serai le seul membre de l'opposition mayennaise, et le seul parlementaire, à être membre de la commission permanenteMayenne, le 8 avril 2008 puisque François Zocchetto s'en va. Je deviens, ainsi, le leader de l'opposition mayennaise au sein de cette collectivité territoriale qui joue un rôle majeur dans les domaines du développement économique et de l'aménagement du territoire
De plus, en restant au sein du conseil municipal de Mayenne, le député que je suis aurait servi de cible, pendant six ans, à tous ceux de la majorité que ça arrange de faire de la politique nationale dans l'enceinte du conseil municipal. On l'a vu pendant la campagne des élections municipales, ainsi que lors de la mise en place du nouveau conseil, la politique nationale a bien souvent pris le pas sur les enjeux locaux.
Je pense avoir rempli la mission qui était la mienne et qui était ma responsabilité politique : celle de mener une liste crédible et compétente lors de cette élection municipale, de faire vivre le débat démocratique dans cette ville, ce qui ne s'était pas vu depuis plusieurs décennies.
Nous n'avons malheureusement pas gagné, mais j'aurai contribué à permettre à l'opposition, dans un contexte de vague rose nationale, de faire le plus fort score des 30 dernières années, lors d'une élection municipale, face à la gauche, et à mettre en place une opposition crédible et compétente.
Aujourd'hui, j'estime qu'il est de mon devoir de donner toute sa place à cette nouvelle équipe d'opposition, à des femmes et des hommes de valeur qui ont des idées, des convictions et qui les ont portées pendant toute la campagne.
En me retirant, je permets à Laurent Granier, le seul chef d'entreprise en exercice dans ce conseil, de siéger et d'être, pour la première fois, élu.
Bien sûr, j'apporterai tout mon concours à cette nouvelle équipe, tout comme je travaillerai avec le maire de Mayenne pour faire avancer les dossiers majeurs de notre ville.
C'est ce que j'ai toujours voulu faire avant, du temps de l'ancien maire, mais le contexte municipal ne le permettait pas. Je pense que ce sera plus facile dorénavant pour différents dossiers comme, par exemple, celui de l'hôpital pour lequel j'ai tenu informé le maire de Mayenne de mes récentes démarches auprès de la ministre de la Santé.
Je tire un enseignement de résultat de cette élection : les Mayennais nous ont fait comprendre qu'ils ne voulaient pas d'un député-maire, mais d'un maire et d'un député et pour cela, ils nous ont donné, à chacun (en 2007 et en 2008), une légitimité indiscutable.
Il est évident que la collaboration entre Michel Angot et moi, dans l'intérêt de tous les Mayennais, se fera mieux si je ne suis pas le leader de l'opposition municipale, mais le député.
Maintenant, mettons-nous tous au travail, dans les responsabilités qui sont les nôtres, moi à l'Assemblée nationale et au conseil régional, au sein de la commission permanente, Michel Angot à la mairie et vraisemblablement au conseil général, et nos six conseillers municipaux dans leur rôle d'une opposition constructive.
Yannick FAVENNEC

dimanche 6 avril 2008

Un week-end très actif, comme beaucoup d'autres, pour le député du Nord-Mayenne






Yannick Favennec a participé, en 48 heures, durant ce week-end, à de nombreuses manifestations, dans sa circonscription : cinq assemblées générales départementales (Fédération départementale des chasses privées, fédérations des groupements de lutte contre les nuisibles, fédération départementale de la pêche, fédération départementale des donneurs de sang (voir photo 1) et délégation départementale de la France Mutualiste), soirée de comité des fêtes (élection de Miss Juvigné organisée par la présidente du comité, Brigitte Gilles et son équipe - voir photo 2), visite de la ferme ouverte bio du Chênot à Changé, inaugurations du Salon départemental des arts créatifs, organisé par les Familles rurales de la Mayenne et du Forum de l'emploi initié par le club d'entreprises de la Haute-Mayenne, Fête communale de Lesbois (voir photo 3) et remise de trophées au Karting à Montreuil-Poulay (voir photo 4).
"Ce sont, pour moi, de vrais moments de bonheur, car ce sont des instants privilégiés de rencontres, sur le terrain, avec les Mayennais. Participer, par exemple, aux assemblées générales est la meilleure façon de mieux connaître les aspirations, les difficultés, mais aussi les propositions des bénévoles qui animent ces associations, au quotidien, pour ensuite les relayer au niveau national."

Yannick Favennec tire les leçons des dernières élections devant une centaine de militants

Vendredi soir, 4 avril, le député du Nord-Mayenne avait choisi la salle Constant-Martin, à Ernée, pour réunir une centaine de ses militants de  l'UMP et des Amis du Nord-Mayenne. 
Yannick Favennec souhaitait, avec ses amis, analyser les résultats des dernières échéances municipales et cantonales, tant en Mayenne, qu'au niveau national, et préparer l'avenir au sein de la circonscription.
Pour le député mayennais, "il n'y a pas eu de vraie marée rose et encore moins un basculement complet et profond du corps électoral dans l'opposition.
Si la gauche a progressé, c'est malheureusement grâce à l'abstention des électeurs de la majorité et aux incohérences du MoDem. 
Cette grosse défection de nos électeurs a fabriqué un vote-sanction plus qu'un changement profond des équilibres.
Il est évident que Nicolas Sarkozy a déçu : d'abord son hyper promesse électorale sur le pouvoir d'achat a engendré une désillusion, ensuite son style Nouveau riche a choqué. Les raisons de l'échec municipal de la majorité sont d'abord là !
Pour Yannick Favennec, certes les facteurs locaux ont joué (cela a, notamment, été le cas à Mayenne), mais les électeurs ont surtout adressé un message au Président de la République.
Les Français ont sanctionné la forme, mais pas le fond, car on ne peut pas dire que l'action n'a pas été assez vigoureuse depuis 2007. Ce serait oublier tout ce qui a été entrepris.
Cependant, une politique comprise est une politique lisible, une politique audible est une politiqe qui bannit la cacophonie. Nous avons certainement pêché à ce niveau."
Un débat s'est ensuite instauré avec la salle, notamment sur les mesures prises par le Gouvernement pour réduire le train de vie de l'Etat et sur l'envoi de troupes françaises en Afghanistan.
Un pot amical et convivial a conclu cette sympathique soirée aux alentours de 23h30.

vendredi 4 avril 2008

Rigueur ? Non, gestion sérieuse indispensable !

Le Président de la République vient d'annoncer un certain nombre de mesures pour réduire le train de vie de l'Etat de plusieurs milliards d'euros (entre 5 et 7 par an).
Voilà un Gouvernement qui prend le taureau par les cornes et décide de mener une gestion sérieuse !
Cela fait vingt ans que l'on nous parle de la réforme de l'Etat pour faire des économies et que rien n'est fait.
Pourtant, il est indispensable de rationaliser les secteurs où les aides se sont empilées de manière foisonnante et pas toujours efficace.
Cette gestion sérieuse, et utile, a été faite au Canada, en Suède... et cela fonctionne !
On ne peut pas se contenter de laisser filer les déficits et d'augmenter, indéfiniment, les impôts comme cela a, notamment, été fait dans les régions depuis 2004. 
Pourquoi la gauche ne s'est pas emparée du dossier de la réforme de l'Etat et de l'efficacité de l'action publique ? Elle a été au pouvoir et n'a rien fait, alors que dans d'autres pays, avec des socialistes à leur tête, cela a été fait, et avec succès.
Je ne comprends pas la gauche qui s'escrime, aujourd'hui, à critiquer avec des arguments contradictoires, notre volonté de mettre en place une gestion sérieuse, indispensable si l'on veut avoir les moyens d'une action sociale, éducative, etc.
On a des réserves latentes dans les dépenses publiques dès lors que l'on organise les choses, c'est pour cela que notre gouvernement a décidé de ne pas fuir ses responsabilités et de prendre le dossier à bras le corps.
La gauche, quant à elle, commet une erreur stratégique qui peut nuire à notre pays et à sa crédibilité à l'heure où la France va prendre la présidence de l'Union européenne.
C'est une évidence, nous devons réformer l'action de l'Etat afin d'améliorer son efficacité tout en réduisant les dépenses.
Vous pouvez compter sur moi pour être attentif à ce que les arbitrages budgétaires soient rendus avec équité.
Je suis pour un Mieux et non pas moins d'Etat !

Yannick FAVENNEC

Rendez-vous : Yannick Favennec sur La Chaîne parlementaire

Le député du Nord-Mayenne sera sur le plateau de la Chaîne parlementaire, pour participer à l'émission "La séance continue",  mardi 29 avril de 16h à 16h30.
Aux côtés de son collègue Jean-Christophe Lagarde, (Nouveau centre), député de Seine-Saint-Denis, il commentera l'actualité politique du moment et répondra aux questions du journaliste Jean-Pierre Gratien (voir photo).

jeudi 3 avril 2008

Récupération des eaux grises : Yannick Favennec dépose une proposition de loi

Votre député vient de déposer, sur le bureau de l'Assemblée nationale, une proposition de loi visant à encourager l'installation d'un système de récupération et de traitement des eaux grises.
Un crédit d'impôt pour favoriser la récupération des eaux de pluie a déjà été mis en place et il conviendrait d'élargir cette incitation à la récupération des eaux grises, issues des douches, lavabos, baignoires, en vue d'une réutilisation complémentaire (arrosage, irrigation, alimentation des lave-linges, nettoyage).
La récupération des eaux grises est complémentaire de la récupération des eaux de pluie dans les régions où les précipitations sont faibles, et pendant les périodes de sécheresse.
En outre, chaque personne consomme, en moyenne, 150 litres d'eau par jour et il est possible d'en recycler environ un tiers en utilisant un système de recyclage des eaux grises.
La proposition de loi déposée par le député du Nord-Mayenne vise à contribuer, à hauteur de 25 % de la dépense occasionnée, afin d'inciter les particuliers à installer des systèmes de récupération et de traitement des eaux grises.

Don du sang : Yannick Favennec demande des mesures d'urgence pour faire face à la pénurie

Le député du Nord-Mayenne a interpellé, par le biais d'une question écrite, la ministre de la Santé sur la pénurie de sang annoncée pour l'année 2008, dans les hôpitaux.
Cette pénurie s'explique par des besoins qui augmentent, en raison du vieillissement de la population, et par une restriction du nombre de donneurs potentiels en raison d'un nouveau test imposé par l'Union européenne.
C'est pourquoi, Yannick Favennec a demandé à la ministre quelles mesures rapides elle entend prendre pour faire face à ce manque et si elle envisage de donner suite aux propositions des associations qui souhaitent, notamment, repousser l'âge limite pour un don de sang à 70 ans, au lieu de 65 ans aujourd'hui, et passer le nombre de don par an à 6 pour un homme et 4 pour une femme.
Le député du Nord-Mayenne qui se rendra, dimanche prochain, à l'assemblée générale de l'union départementale des associations de donneurs de sang, à Montsûrs, continue d'être un ardent défenseur du don de sang et du don d'organe.

mercredi 2 avril 2008

Réforme des institutions : Ne manquons pas ce grand rendez-vous

L'Assemblée nationale vient de reprendre ses sessions et un texte important s'annonce, celui de la réforme des institutions.
Pour permettre à la France d'être plus dynamique, plus attractive et plus solidaire, dans un monde en perpétuelle évolution, nous n'avons pas d'autre choix que de faire des réformes. Certaines, réputées difficiles ont été engagées, d'autres sont attendues. Dans le domaine économique et social, le projet de loi de modernisation du marché du travail sera examiné en avril à l'Assemblée nationale. Suivront, en mai, le projet de modernisation de l'économie et, en juin, la réforme de l'intéressement et de la participation.
Les parlementaires examineront, enfin, plusieurs textes reprenant les conclusions du Grenelle de l'environnement. Rarement notre pays n'a connu pareille effervescence !
Cependant, la lenteur et la complexité du travail législatif sont la cause d'une partie du mal français qui alourdit les politiques de réformes, nuit à leur visibilité et leur efficacité.
Même si elle ne revêt pas un caractère prioritaire aux yeux des Français, la réforme des institutions est nécessaire et urgente, car elle permettrait de répondre plus vite à leurs attentes, notamment en matière de pouvoir d'achat.
C'est pourquoi, il faut simplifier nos mécanismes de décision, rendre notre système plus efficace et faire en sorte, par exemple, que les décrets d'application soient prêts immédiatement et non six mois, voire plus, après le vote d'une loi, que le pouvoir législatif soit associé plus étroitement à la politique du gouvernement (la réussite de notre pays passe par un Parlement puissant et un exécutif fort)...
Le projet de loi constitutionnelle réformant les institutions devrait être soumis à l'Assemblée nationale à partir du 20 mai, ensuite au Sénat, puis le Parlement se réunira en congrès à Versailles, le 7 juillet, pour adopter ce texte.
La gauche a déjà fait savoir qu'elle ne voterait pas, en l'état, l'avant-projet de loi présenté par le Premier ministre. Pourtant, il n'y a pas si longtemps que cela, certaines voix de l'opposition réclamaient une refonte totale de nos institutions, une VIème République !
Il serait dommage de manquer ce grand rendez-vous en raison d'un vieux réflexe qui paralyse depuis toujours notre pays, celui de la "politique politicienne" !
Yannick Favennec

mardi 1 avril 2008

2ème tranche des travaux de l'hôpital : Yannick Favennec plaide le dossier au ministère

Le député du Nord-Mayenne s'est rendu, à deux reprises, au ministère de la Santé afin d'y rencontrer, le 19 mars, le directeur de cabinet de la ministre et, aujourd'hui même, Roselyne Bachelot pour défendre le dossier de la deuxième tranche des travaux de l'hôpital de Mayenne.
Au cours de leur entretien, la ministre a confirmé à Yannick Favennec que le nouvelle proposition concernant la deuxième tranche du CHNM était actuellement en cours d'examen par l'Agence régionale d'hospitalisation.
Le député du Nord-Mayenne est ressorti confiant de son rendez-vous avec la ministre : "j'ai bon espoir de voir aboutir positivement ce dossier. Roselyne Bachelot s'est engagée à le suivre de près car elle en a bien compris l'extrême importance, à la fois pour la ville de Mayenne et pour l'ensemble du Nord-Mayenne".

Crédit d'impôt pour l'emploi à domicile : Yannick Favennec dépose une proposition de loi pour les retraités

Le député du Nord-Mayenne vient de déposer sur le bureau de l'Assemblée nationale une proposition de loi visant à étendre le bénéfice du crédit d'impôt pour l'emploi d'un salarié à domicile, aux personnes retraitées.
Les personnes imposables bénéficient d'une réduction d'impôt et les personnes non imposables, d'un crédit d'impôt, mais dans ce cas, elles doivent exercer une activité professionnelle ou être inscrites comme demandeurs d'emploi. Les retraités non imposables sont exclus de ce dispositif.
C'est pourquoi Yannick Favennec propose un dispositif qui modifie le Code général des impôts.