mardi 31 mars 2015

Yannick FAVENNEC toujours sur le terrain.

Pas moins de douze manifestations ont jalonné l’agenda du député UDI de la Mayenne, dans sa circonscription, au cours du week-end des 27, 28 et 29 mars.

Assemblée générale des chasses privées à Montflours, portes ouvertes au lycée agricole Rochefeuille de Mayenne, inauguration de l'auberge campagnarde rénovée de Montreuil-Poulay, remise des trophées aux participants du cross départemental des sapeurs-pompiers à Gorron, aux coureurs à pied de "Courir au Parc" à Aron, et aux gymnastes du championnat régional de GRS à Port-Brillet.

Le député Yannick Favennec a participé à l'inauguration de l'auberge campagnarde de Montreuil-Poulay.

Yannick FAVENNEC a également tenu à aller applaudir l’excellente troupe de théâtre amateur de Chailland « l’Arc » qui jouait la remarquable pièce "Naples millionnaire".

Il a aussi assisté à la soirée cabaret du comité des fêtes de Fougerolles-du-Plessis à Landivy, au déjeuner dansant de l’association des "Amis du Nord-Mayenne" présidée par son suppléant, adjoint au maire de Lassay-les-Châteaux, Daniel Métairie, qui se déroulait comme chaque année, à Saint-Georges-Buttavent, et au défilé de voitures anciennes des "Amis de la randonnée du bocage" à Javron-les-Chapelles.

Le député Yannick Favennec est allé admirer les voitures de collection des "Amis de la randonnée du bocage" à Javron-les-Chapelles.

Enfin, le parlementaire a souhaité encourager et récompenser l’élite des meilleurs grimpeurs et grimpeuses français à l’occasion du championnat de France seniors d’escalade sur bloc qui se déroulait dans la très belle salle François-Legrand de La Baconnière.


lundi 30 mars 2015

Elections départementales : Yannick Favennec se réjouit de la victoire de l'union

Le député UDI de la Mayenne se réjouit de la victoire de la plupart  des candidats de la majorité départementale lors du second tour de scrutin, "en particulier dans la 3ème circonscription où tous les cantons sont désormais représentés par des conseillers du centre droit ".

Yannick Favennec "salue la victoire du binôme Patricia Gontier et Gérard Brodin dans un canton pourtant découpé sur mesure pour le conseiller général sortant.

Le maire de Mayenne reste majoritaire dans sa ville (54%), mais les habitants des petites communes aux alentours viennent de donner un sérieux avertissement au président de la communauté de communes du pays de Mayenne", indique le député.

Plus globalement, Yannick Favennec voit dans le résultat de l’élection départementale "la réussite de l’union de la droite et du centre" et souhaite que "tous les responsables de l’UDI et de l’UMP de la Mayenne s’en inspirent pour préparer activement la prochaine étape qui aura lieu en décembre avec la reconquête de la région des Pays de la Loire".


mercredi 25 mars 2015

Ruralité : Yannick FAVENNEC demande un plan Marshall au Premier ministre

Y.Favennec dans l'hémicycle
de l'Assemblée nationale.
A l'occasion de la séance des Questions au gouvernement du mardi 24 mars, le député UDI de la Mayenne a interrogé le Premier ministre sur l'avenir des territoires ruraux.

"Visiblement, vous n'avez pas entendu, dimanche, l'avertissement de la désespérance d'un monde rural qui se sent relégué, déclassé, abandonné, alors qu'il est une richesse et une chance pour notre pays, alors que sa diversité contribue à l'identité de la France", a notamment indiqué Yannick Favennec.

"Inspirez vous de ce que Jean-Louis Borloo avait fait pour les banlieues ! Mettez en place un véritable plan Marshall, en particulier dans le domaine des infrastructures routières, ferroviaires, numériques !

Faites confiance aux acteurs de terrain (agriculteurs, artisans, commerçants, bénévoles associatifs ...) en desserrant le carcan insupportable des normes et des règlements administratifs !

Laissez travailler les élus locaux en arrêtant de les étouffer par la baisse brutale des dotations de l'Etat ou par une réforme territoriale qui les pénalise et menace de les faire disparaître !

Quand comprendrez vous que le cri d'alarme des ruraux dans les urnes dimanche dernier pourrait un jour se transformer en cri de révolte, voire en cri  de révolution", a conclu le député mayennais.

video

mardi 24 mars 2015

Juvigné, Laval, Ernée, La Baconnière, Evron, Gorron et Champéon au programme du week-end de Yannick FAVENNEC.

C’est par Juvigné et auprès des participantes au rallye "Aïcha du Maroc" que Yannick FAVENNEC a entamé son périple du week-end dernier, dans sa circonscription.


Le député a souhaité saluer et encourager les deux mayennaises, Rachel Monceau et Laurène Gaudinière qui prenaient la route, le soir même, pour le Maroc. Toutes deux forment l’équipage des "Gazelles Made In 53" et concourent à bord d’un 4/4 Nissan Patrol avec lequel elles vont parcourir 2 500 kms jusqu’au jour de l’arrivée officielle, le 4 avril prochain.

Auparavant, le député UDI avait participé à l’assemblée générale de la FDSEA à Evron. Il a aussi assisté, durant ce week-end, à celle de la CAPEB à La Baconnière, de France ADOT à Evron, de l’association départementale des Pupilles de la Nation, de l’Amoma (association des membres de l'ordre du mérite agricole) à Laval, et enfin à celle de l'Asepob (Association Solidarité Entraide Promotion Orphelins Burkinabé) à Ernée.

Le député de la 3ème circonscription a également tenu à assister au défilé de mode organisé par l’association des commerçants "Art’Com" d’Ernée, à remettre les trophées aux participants des Foulées Gorronnaises à Gorron, et à ceux du championnat de France de Torball (à l'initiative des déficients visuels) qui avait lieu à Laval.

Enfin, Yannick FAVENNEC a pris plaisir à applaudir la troupe de théâtre amateur de Champéon " Les Zigomaticks ".

lundi 23 mars 2015

Elections départementales : Pour Yannick Favennec "le rassemblement de la droite et du centre est la clef de la réussite".



Yannick FAVENNEC, député UDI de la 3ème circonscription, affiche sa "satisfaction face aux résultats obtenus par la majorité départementale à l'occasion du scrutin de dimanche dernier".

"Ces bons scores sont le fruit d’une politique départementale équilibrée et volontariste au service de la vie quotidienne des Mayennaises et des Mayennais", indique le parlementaire. 

Cependant, il souligne "la nette progression des candidats du Front National dans les cantons ruraux", et l’explique par "le signe d'un profond malaise et de l’exaspération des habitants de ces secteurs notamment en raison de l’absence d’une politique gouvernementale ambitieuse et adaptée en faveur de la ruralité".



Mais Yannick Favennec analyse également les bons résultats de la droite et du centre en Mayenne par "la volonté d’union qui a prévalu dans la plupart des cantons. D’ailleurs, quand nous avons été unis nos candidats ont été élus ou réélus dès le premier tour. C’est pourquoi, je souhaite ardemment que cette stratégie unitaire nous serve d’exemple pour la préparation des prochaines élections régionales".

 Le député UDI, qui "apporte son total soutien à tous les candidats qui seront, pour le second tour, officiellement soutenus et investis par la majorité départementale - La Mayenne Ensemble , souhaite que les électeurs se mobilisent dimanche prochain afin de donner à notre département les moyens de continuer d’agir efficacement".

vendredi 20 mars 2015

Projet de loi "Nouvelle organisation territoriale de la République" (Notre) : où en sommes-nous ?

L’Assemblée nationale a achevé l’examen, en première lecture, du projet de loi Notre, contre lequel j’ai voté.

Il doit encore faire l’objet d’une deuxième lecture au Sénat, puis à l’Assemblée, suivant un calendrier dont on aura connaissance une fois les élections départementales passées.

A ce stade de la discussion parlementaire, quelques dispositions et revirements majeurs méritent d’être soulignés :

Vers une nouvelle répartition des compétences

  • L’Assemblée nationale a confirmé la suppression de la clause de compétence générale des départements, et limité leurs compétences aux domaines expressément prévus par la loi, les départements ayant la lourde charge des « solidarités », sociale et territoriale.


Alors que le Premier ministre avait annoncé la disparition des départements en 2020, l’examen à l’Assemblée a montré un net recul quant à leur dévitalisation.

Ainsi, les collèges et la voirie, compétences initialement transférées du département vers la région, ne le sont plus. En revanche, le transport scolaire sera de la compétence de la région.

  • Concernant les régions, qui ne bénéficient plus, non plus, d’une clause générale de compétence, elles ont été désignées, d’une part, chef de file en matière de développement économique, de soutien de l’innovation et d’internationalisation des entreprises.


La région serait dorénavant seule compétente pour décider des interventions économiques sur son territoire, excepté celles relevant de la compétence exclusive du bloc communal sur l’immobilier et le foncier d’entreprises.

Les actes de toutes les  collectivités territoriales et de leurs groupements devront donc être compatibles avec le schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) et, à défaut d’accord entre la métropole et la région, avec le document d’orientations de ce schéma.

D’autre part, la région assumera le rôle de chef de file en matière de tourisme - qui reste cependant une compétence partagée entre toutes les collectivités - et élaborera le projet de schéma régional de développement touristique, en concertation avec les autres collectivités.

Resteront également compétences partagées la culture, le sport, la promotion des langues régionales et l’éducation populaire.

Vers un renforcement des intercommunalités

Concernant le bloc communal, la majorité parlementaire de gauche a confirmé sa volonté de dissoudre, à terme,  la commune au sein d’intercommunalités agrandies :

  • 1 - le projet de loi prévoit un seuil minimal de 20 000 habitants pour les intercommunalités, même si de nombreuses dérogations à ce seuil ont pu être adoptées, pour les zones de montagne et les territoires à faible densité de population ;

  • 2 - le texte signe « l’arrêt de mort » des syndicats intercommunaux, en prévoyant de diviser au moins par deux, idéalement par trois, leur nombre actuel ;

  • 3 - le champ des compétences obligatoires des intercommunalités a été considérablement étendu aux compétences « eau », « assainissement », « collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés », ainsi qu’ « aménagement, entretien et gestion des aires d’accueil des gens du voyage » et « promotion du tourisme »;

  • 4 - les conditions de blocage du transfert de la compétence PLU à l’intercommunalité mises en place par la loi ALUR, ont été assouplies :  la minorité de blocage passe de 25% des communes représentant 20% de la population à 2/3 des communes représentant au moins 50% de la population, ou l’inverse.


  • 5 - enfin, le principe d’une élection au suffrage universel direct des conseillers communautaires et métropolitains a été acté (la loi en fixant les modalités devra être adoptée avant 2017).

Des dispositions majeures ont été annoncées sur les départements,  avant d’être retirées, au point que, à la veille des élections départementales, personne n’est en mesure de dire quelles compétences seront finalement attribuées au bloc communal, au département ou à la région, au risque de déstabiliser sensiblement les territoires. Je le regrette très fortement.


Ce texte est marqué par l’improvisation, les revirements, l’incohérence et le manque de clarté, et il lui manque deux piliers fondamentaux que sont la réforme de l’Etat et celle des ressources financières des collectivités territoriales.



Voilà encore une occasion manquée par ce gouvernement!

Yannick FAVENNEC.




jeudi 19 mars 2015

Cancer : Yannick FAVENNEC soutient l’amendement sur le droit à l’oubli.

Le député mayennais soutiendra l’amendement qui dans le cadre du projet de loi Santé dispose que « les personnes ayant guéri d’un cancer seront bientôt dispensées de mentionner leur ancienne maladie lorsqu’elles souhaiteront contracter un emprunt ».

Pour Yannick FAVENNEC, « ce droit à l’oubli est une des mesures emblématiques du 3ème plan cancer lancé en 2014. Actuellement, lorsqu’une personne souhaite obtenir un crédit immobilier, elle doit répondre à un questionnaire en précisant si elle a été atteinte d’un cancer. Même si celui-ci est totalement guéri ou si cela remonte à l’enfance, pour les banques et les assurances un malade reste malheureusement un malade ».

Le député explique que même s’il n’est « pas favorable au texte Santé, dans sa globalité, cet amendement doit nous rassembler au-delà des clivages politiques car il met enfin un terme à la double peine que devait subir les personnes concernées ».

mercredi 18 mars 2015

Fin de vie : Yannick FAVENNEC vote la proposition de loi.

Y.Favennec et J.Leonetti à l'occasion d'un Forum-débat
sur la bioéthique que le député mayennais avait organisé à Laval
Au terme du débat entamé la semaine dernière à l’Assemblée nationale, Yannick FAVENNEC a décidé de voter pour la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et personnes en fin de vie.

Pour le député UDI de la Mayenne, « aborder la question de la fin de vie impose la dignité et le respect de la personne. Il est de notre devoir de faire en sorte de soulager la douleur et la souffrance.

Il est donc capital de renforcer les liens palliatifs en y apportant les moyens nécessaires.

Toute personne qui vit ses derniers instants a le droit d’être accompagnée jusqu’au dernier moment.

La question létale ne peut être posée de manière large et ne doit concerner que des cas exceptionnels », insiste Yannick FAVENNEC pour qui « tenter de répondre à la question intime et personnelle de la mort exige d’adopter une attitude profondément humble, de faire preuve de précaution devant l'extraordinaire complexité de la fin de vie et sur l’idée même de légiférer sur ce sujet ». 

mardi 17 mars 2015

Biodiversité : Yannick FAVENNEC ne veut pas d’une stigmatisation des chasseurs et des agriculteurs


Porte-parole du groupe UDI dans la discussion générale du projet de loi sur la biodiversité, Yannick FAVENNEC est intervenu lundi 16 mars dans l’hémicycle pour « regretter le manque d’ambition et de puissance » du texte présenté par Ségolène Royal.

« Pourtant l’heure est grave en matière d’environnement et notamment de biodiversité », a insisté le député mayennais.

« Sur l’ensemble de notre territoire, près de 165 hectares de milieux naturels sont détruits chaque jour. A ce rythme, la moitié des espèces vivantes présentes dans notre pays pourrait disparaître d’ici un siècle ».

Yannick FAVENNEC a notamment déploré que « la future Agence française de la biodiversité souffre d’un déséquilibre d’expertise puisque l’Office national de la chasse et de la faune, et l’Office  national des forêts en sont exclus ».

L’élu a également appelé la ministre à « ne pas stigmatiser ni le monde de la chasse, ni celui de l’agriculture. Nos chasseurs et nos agriculteurs ont conscience de la richesse de notre patrimoine naturel et œuvrent pour la protection de notre biodiversité. Ils en sont d’ailleurs des acteurs à part entière incontournables. Vous ne devez pas l’oublier dans votre projet de loi », a indiqué le député. 

video



lundi 16 mars 2015

Chantrigné, Saint-Denis-sur-Sarthon, Château-Gontier, Laval, Le Bourgneuf-La-Forêt et Saint-Cyr-Le-Gravelais à l’agenda du week-end de Yannick FAVENNEC.


C’est avec la  troupe de théâtre amateur « Les 3 rivières » de Saint-Loup-du-Gast que Yannick FAVENNEC a entamé son week-end des 13, 14 et 15 mars dernier. Le député mayennais est allé applaudir leur représentation de la pièce « L’auberge du caramel » à Chantrigné.

Il sest aussi rendu à Saint-Denis-sur-Sarthon, dans lOrne, afin de soutenir les élus et les acteurs de terrain qui se battent pour obtenir le contournement de la commune par la route nationale 12.

Le député Yannick Favennec aux côtés de l'ancien ministre Alain Lambert, des élus de Saint-Denis-sur Sarthon et des acteurs de terrain.

Pour Yannick Favennec, qui a obtenu linscription du contournement de la commune dErnée au prochain contrat de plan Etat- Région 2015/2020, «  la solidarité avec nos amis du Sud de lOrne est tout à fait naturelle, car le contournement de Saint-Denis-sur-Sarthon fait partie intégrante des priorités définies par lEtat dans son projet de modernisation et de sécurisation de la RN 12.


Le député Yannick Favennec se veut solidaire de la cause des habitants, acteurs de terrain et élus locaux de Saint-Denis-sur-Sarthon, dont le maire Michel Julien. 
Dévier la traversée de Saint-Denis-sur-Sarthon est bien-sûr important pour la sécurisation de la traversée du bourg, mais cest également fondamental pour le désenclavement du nord-est mayennais. Tout ce qui sera fait pour améliorer la 12 sur le tronçon Alençon / Fougères ne pourra quêtre bénéfique aux trois départements concernés (Orne - Mayenne Ille-et-Vilaine) », a indiqué Yannick FAVENNEC.

Le député UDI a, dailleurs, regretté que « dans ses annonces de jeudi dernier concernant les territoires ruraux, le Premier ministre nait rien prévu en faveur des infrastructures routières dintérêt national. Elles sont pourtant une réelle nécessité pour lattractivité, le désenclavement et le développement économique du monde rural ».

Lélu de la 3ème circonscription a aussi participé, durant ce week-end, à lassemblée générale annuelle, à Château-Gontier, de lunion départementale des donneurs de sang bénévole de la Mayenne et à celle des diabétiques de la Mayenne, à Laval.

Il a également assisté à la représentation de la troupe de théâtre amateur « Les Lurons bourgneuviens », du Bourgneuf-La-Forêt qui interprétait « L’académie des sous-doués » et « Allez les jaunes ».

Le député Yannick Favennec à la course cycliste de Saint-Cyr-Le-Gravelais.
Le dimanche de Yannick Favennec sest terminé, à Saint-Cyr-Le-Gravelais, par la remise de trophées aux coureurs cyclistes qui participaient à lépreuve organisée par le Cyclo-cross de Saint-Cyr-le-Gravelais.

samedi 14 mars 2015

Ruralité : Pour Yannick Favennec, le Premier ministre est un usurpateur d'identité

Le Premier ministre ne connaît pas le monde rural, comme le démontre les mesures qu’il a présentées, à Laon, en présence d’un aéropage de quatorze ministres.

Les expéditives et introuvables « Assises de la Ruralité » aboutissent ainsi à des propositions réchauffées, éloignées des urgences des acteurs ruraux.

Les principales propositions autour des maisons de service public, de la revitalisation de l’économie de proximité, ou encore de l’aménagement numérique du territoire ont déjà été amorcées depuis plus de dix ans.

2010 :inauguration de la maison de service public d'Ambrières-Les-Vallées
par la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet et Yannick Favennec.

Il est à ce titre symptomatique de constater la proposition (mesure 14) pour le maintien des stations-service de proximité, alors que les Fonds Fisac dédiés à laccompagnement de la modernisation de ces indispensables équipements de proximité ont été divisés par trois lors de la Loi de finances de lEtat de 2015.

C’est d’ailleurs ce désengagement de l’Etat qui m’a conduit à proposer la création d’un fonds régional d’urgence pour les stations-service de proximité, que la Gauche régionale a également rejetée.

De même l’absence de simplification de la politique normative, adaptée à la ruralité, marque la surdité continue de l’Etat.

Il faut écouter le bon sens des acteurs de terrain !

Yannick Favennec réclame un Plan Marshall pour le monde rural comme Jean-Luis Borloo l'a fait avec les banlieues.

Enfin, le manque dambition en matière dinfrastructures, routières, ferroviaires ou numériques, se traduit par un profond désengagement budgétaire, alors que la ruralité exige un véritable « Plan Marshall », comme lavait engagé Jean-Louis Borloo en faveur des banlieues.

A une semaine du 1er tour des élections départementales, monsieur Valls veut nous faire croire quil défend la ruralité, alors quil usurpe lidentité des premiers acteurs et défenseurs de la vitalité rurale, notamment, les artisans, les commerçants, les agriculteurs, les bénévoles associatifs, les élus locaux...

Monsieur Valls est un véritable usurpateur de ruralité ! »


Yannick Favennec.

vendredi 13 mars 2015

Fin de vie : Yannick FAVENNEC vote contre l'amendement visant à légaliser l'aide à mourir (sédation létale)

Jean Léonetti (UMP) et Alain Claeys (PS)

Dans le cadre de l'examen par l'Assemblée nationale de la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et personnes en fin de vie, le député UDI de la Mayenne est intervenu dans l'hémicycle afin de défendre le texte des députés Jean Léonetti et Alain Claeys.

"Il y a dix ans nous avons adopté et voté à l'unanimité la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie. Il s'agissait d'une avancée majeure en termes de reconnaissance des droits des malades en fin de vie" a indiqué le député UDI de la Mayenne.

"Pour autant, des difficultés demeurent : la douleur des patients n’est pas suffisamment prise en charge, l’obstination déraisonnable demeure une réalité et l’accès aux soins palliatifs n’est pas toujours effectif.

Pour Yannick FAVENNEC "Ce nouveau texte fait preuve d’une sagesse salutaire. Il renforce le droit des patients sans heurter inutilement les consciences et rappelle que dix ans après la première loi Léonetti, celle-ci reste encore mal connue et peu appliquée. On continue en France à mal mourir, dans des conditions douloureuses ou dégradantes. Cette proposition devrait aider à y remédier".

En revanche, l’élu mayennais s’est prononcé très clairement contre les amendements prévoyant l’assistance médicalisée active à mourir ou le suicide assisté qui auraient totalement changé la nature du texte initial.

"Répondre à nos concitoyens qui souffrent pendant les derniers moments de leur vie et résoudre le problème persistant du mal mourir, n’a rien à voir avec l’euthanasie ", a conclu Yannick FAVENNEC.

mercredi 11 mars 2015

Yannick Favennec vote contre la loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République

Pour le député UDI de la Mayenne, la loi NOTRe "est marquée par l’improvisation, les revirements, l’incohérence et le manque de clarté". 

Yannick Favennec déplore "un deuxième volet de la réforme territoriale qui s’apparente à un simple texte de répartition des compétences sans grande vision d’ensemble". Et de dénoncer l'absence "des deux piliers fondamentaux que sont la réforme de l’État et les ressources financières des collectivités".

Le député mayennais insiste sur la nécessité pour "une réforme territoriale digne de ce nom" de redéfinir "la sphère d’intervention de l’État afin de permettre une nouvelle implantation des services de l’État sur les territoires".

Il souligne "l'indispensable réforme de la fiscalité locale qui doit lui être associée afin d’accroître l’autonomie fiscale des collectivités territoriales et d'aboutir à une fiscalité efficace et plus lisible pour les citoyens".

Enfin, Yannick Favennec regrette "que le Parlement n’ait pu examiner conjointement la question des compétences et celle du périmètre des régions." Il pointe le traitement identique pour les très grandes régions  et les régions plus compactes. "Où se trouve le choc de simplification dans ce texte et où seront les économies attendues ?" s’interroge-t-il.